mercredi 9 février 2011

Préparation mentale en course à pied

En vue d’une épreuve ou une simple course, chaque coureur doit se préparer physiquement mais aussi et surtout mentalement. Les sportifs qui souhaitent progresser par rapport à leur activité ont toujours recours à un entraînement physique et mental

La plupart des problèmes de performances ne viennent  pas uniquement d’un manque de capacité physique ou d’un mauvais coaching. Beaucoup de facteurs entrent en jeu, comme la nervosité, la mauvaise concentration, les pensées négatives et surtout le manque de confiance en soi. Afin d’optimiser vos capacités, vous devez entraîner aussi bien votre esprit que votre corps afin de développer vos capacités mentales avec la même volonté que pour vos aptitudes physiques et techniques.

La base d’une bonne préparation, physique comme mentale, est l’échauffement, car il va améliorer la concentration, vous offrir une meilleure endurance ainsi qu’une bonne réaction face au stress.
Pour aller plus loin, la psychologie du sport vous aide à progresser dans une discipline, à obtenir de meilleurs résultats mais aussi à vous réaliser pleinement. Toutes les courses sont  complexes mentalement puisque le coureur est souvent confronté à des sensations et des émotions très intenses qui parfois le font basculer vers l’échec. Pour cela, la planification de l’entraînement mental s’avère nécessaire pour qu’il réussisse. L’utilisation des techniques de préparation mentale ne s’improvise pas. Elles doivent, en effet, suivre une programmation adaptée et surtout faire l’objet d’évaluations fréquentes pour répondre au mieux aux besoins de l’athlète.

Pour les marathoniens, le coureur de fond et le sprinter, la préparation mentale comporte quelques points essentiels. Ils doivent maîtriser les pensées négatives, apprendre à doser leurs efforts, à gérer leurs sensations en course et à dépasser la souffrance. Mais aussi, ils doivent assimiler et maîtriser les notions d’hydratation et d’alimentation équilibrée lors des compétitions.

En général, la préparation mentale suit différentes phases. Par exemple :
  • la visualisation, qui est une technique où l’athlète essaie de se voir dans une situation donnée
  • le positivisme qui pousse à toujours voir le bon côté des choses
  • la fixation d’objectifs
  • l’autohypnose qui consiste à entrer dans un état de relaxation extrême. Cette dernière phase permet de mettre en œuvre plus efficacement toutes les techniques citées précédemment.
Ces techniques permettent de diminuer toutes pertes de moyens mais surtout elles permettent d’aider le coureur à mieux aborder la compétition, à supporter le stress et à utiliser ses propres atouts compte tenu de sa personnalité et de ses capacités. Elles sont particulièrement efficaces pour affronter les compétitions car elles permettent d’acquérir des moyens concrets pour gérer toutes les phases de la course : avant pendant et après.

En résumé, quel que soit le type de course, la préparation mentale est presque toujours la même. Un bon sportif ne doit pas seulement  dépendre et se soucier des facteurs physiologiques, techniques et tactiques, il doit aussi tenir compte du mental et de la psychologie.

Source : U-run

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 commentaires:

trainingforboston a dit…

Un bel article et je suis tout à fait en accord avec toi.

Enregistrer un commentaire

 
Powered by Blogger